Hopitaux en détresse, patients en danger

IMG 0977
 
Comité pour l’amélioration du service public hospitalier à Châteaudun 

LogoCN
HOPITAUX EN DETRESSE, PATIENTS EN DANGER
 
Le comité a organisé un parcours moto le 28 juillet 2018 sur le thème « HOPITAUX EN DETRESSE PATIENTS EN DANGERS » pour alerter et échanger sur la situation de l’hôpital de Châteaudun qui se vide de ses services et de ses praticiens, mais aussi sur la situation de l’ensemble des hôpitaux de France avec des suppressions de service, de postes et des fermetures de lits. 

Cette manifestation a été un succès, une quarantaine de motards ont répondu à l’appel lancé par le comité, des pilotes hommes et femmes de tout âge et des motos de tout genre, ainsi que des accompagnateurs en moto et en voitures, une ballade dans une bonne ambiance avec une sécurité interne au groupe et aussi avec des gendarmes. 

Un maire a participé a cette ballade en moto, un député était au départ et nous avons été accueilli à Brou par une élue municipale, à Arrou par Madame le maire. 

A chaque arrêt dans les villes nous avons alerté la population sur la situation locale et nationale sur nos hôpitaux publics. 

Cette austérité a des conséquences désastreuses sur les patients et sur le personnel. Il n’y a jamais eu autant de suicide et burn-out chez les professionnels de santé à tous les niveaux de poste occupé. Cette maltraitance institutionnelle se répercute sur les patients. Un état qui n’est plus en mesure d’assurer l’accès aux soins de sa population et une nation en déclin. 

Les accidents routiers ont fait 3700 morts en 2017, les maladies nosocomiales 4 200 morts déclarés en 2017, un patient sur 20 quitte l’hôpital avec une maladie nosocomiale, les suicides dans la tranche d’âges 15 / 55 ans représentent 11 000 décès en 2017. 
 
Rappel du comité : pas de service d’urgence à plus de 30 minutes une prise en charge rapide est primordiale. L’ARS a fermé le service de maternité de Châteaudun brutalement ; pas de service de maternité à plus de 45 minutes, nous demandons la réouverture de la maternité de Châteaudun. 
 
Le comité remercie tous les motards qui ont participé à ce parcours pour la santé public de 125 km avec 6 arrêts dans les communes de : Orgères-en Beauce, Bonneval, Brou, Arrou, Cloyes-sur-Le Loir, départ et arrivée place du 18 octobre à Châteaudun.

Le comité a annoncé qu’une autre manifestation avec des motards pourrait être envisagée. Fin de notre balade à 18h30.

Badge
Notre adresse mail : comiteHchatod1@orange.fr 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mobilisation contre la fermeture de 24 lits de psychiatrie au CHRU de Tours

L'intersyndicale SUD, CGT et FO du CHRU de Tours avait appelé à la grève les personnels de psychiatrie à compter du 11 juin, pour protester contre la fermeture de 26 lits jusqu'à la fin de l'année.

Les professionnel.les étaient monté.es sur le toit du bâtiment pour visibiliser leur mouvement.

Une quarantaine de personnes dont notre collectif se sont retrouvés devant le bâtiment de psychiatrie à Trousseau pour les soutenir. (voir le message envoyé par le collectif et lu par une syndicaliste).

D'autres initiatives sont à suivre.

Un clin d'oeil a ainsi été envoyé aux "perchés du Havre" qui avaient mené une lutte débutée le 16 juin 2018 à l'hopital Pierre Janet contre les conditions d'accueil très dégradées pour leurs patient.es par manque de place et de personnel. Le 3 juillet la direction avait annoncé la création de 28 postes. Leur lutte est devenue emblématique avec celle du Rouvray la même année.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com