Focus sur les infirmières de l'éducation nationale en cette période d'épidémie.

Lors d'une manifestation en septembre, nous avions interrogé Françoise, l'infirmière scolaire

 d'un collège. Nous l'avons recontactée pour lui demander en cette période d'explosion des contaminations au niveau des écoles, comment elle voyait la situation.

La situation est la même en plus grave car elle perdure. Ce n'est pas dans mon collège que la contamination est la plus forte, mais nous avons les contrecoups après 2 ans de pandémie. Les enfants ne sont pas bien psychologiquement avec cette ambiance anxiogène, certains ne veulent plus venir au collège, on parle de refus scolaire anxieux.

Or, il y a une grave pénurie de place ce qui empêche d' orienter vers des prises en charge psychologiques. Les psychologues en libéral ne sont pas remboursé.es, les pédopsychiatres sont débordé.es. Il faut compter 18 mois d'attente pour une consultation au CMP

Depuis une petite 10e d'année il n'y a pas eu de création de postes d'infirmier.ères scolaires et les besoins s'accroissent avec la pandémie. De plus, on peut noter un "malaise" profond chez beaucoup d' infirmier.ères : arrêts maladie, longues maladies, d'autres ont démissionné.

Interview de Françoise, le 23 septembre lors d'une manifestation de l'éducation nationale 

Pourrais tu me dire pourquoi tu manifestais aujourd’hui ?

Dans l’éducation nationale c’est la 2ème rentrée covid et il n’y a aucune création de poste chez les infirmières scolaires. Une enquête du SNICS FSU en 2021 sur l’état de santé des infirmières au travail, une infirmière sur 2 est en souffrance au travail, burn out, insatisfaction dans le travail par manque de temps, de moyens, insatisfaction professionnelle.

Qu’est ce qui se dégrade dans le travail ?

Nos missions sont de plus en plus importantes et impossibles à réaliser correctement.

Tu peux les détailler ? 

La mission prioritaire c’est l’accueil dans les infirmeries la deuxième c’est voir tous les élèves de 12 ans pour un bilan systématique. 

(Dans le cadre de la prévention les médecins eux font un bilan systématique des enfants de 5 ans.)

Nous devons faire aussi de la prévention, nous sommes conseillères auprès des chef.fes d’établissement.

Peux-tu dire les conséquences sur les enfants de ce vous n’arrivez pas à réaliser.

Depuis 1 an et demi avec le covid ça s’est surajouté à nos missions. Quand il y a un cas covid il faut faire du tracing, beaucoup de tâches administratives en plus, ce qui enlève de notre disponibilité après des jeunes

On nous a demandé de faire des tests IGN qui sont peu fiables car ils donnent des faux positifs ; certaines infirmières ont été dédiées à cette tâche. Nous n’avons pas voulu faire les vaccins parce qu’ils auraient découverts les infirmeries.

Peux-tu expliquer votre travail auprès des jeunes ?

Notre première mission est l’accueil. Un élève se présente pour quelques raisons que ce soit. Notre consultation infirmière permet de faire un diagnostic ; c’est parfois difficile de savoir comment agir.

Il y a parfois possibilité de travailler avec des assistantes sociales scolaires et des psychologues de l’éducation nationale (anciens conseillers d’orientation également maltraités puisque de nombreux CIO ont été fermés) Ils peuvent faire des tests d'évaluation mais pas de suivi psychologique, leur position n’est pas confortable. Il.elle.s ont aussi des missions plus vastes avec le « parcours sup » qui est un stress important pour les élèves de lycée.

Et la prévention ?

Sur la santé en général, en individuel lors des passages à l'infirmerie, ou en groupe classe

On travaille en équipe pluridisciplinaire. 

Depuis la loi de 2001, il est prévu 3 séances de 2 h d’interventions sur la vie affective et sexuelle à partir de la primaire.

 Les questions de harcèlement, de consentement, de respect de soi de l’autre sont abordées, les stéréotypes de genre, égalité fille garçon…

Il est possible de travailler avec des associations pour faire des interventions autour de la sexualité mais souvent, ces intervenant.es sont payant.es. Nous devons remplir des dossiers des demandes de subventions

Quand tu dis que vous n’avez plus le temps de le faire c’est que vous n’avez plus le temps de faire cette prévention ?

La prévention individuelle se fait à chaque passage d’élève au collège. Concernant les écoles primaires de secteur ( 3 en plus du collège), nous intervenons principalement pour faire du suivi (visites de dépistages) sur les indications des professeur.es des écoles ou des dossiers médicaux. Mais, on peut noter qu’il est de plus en plus difficile pour les familles de trouver une orthophoniste (délais d’attente très longs) des dentistes qui ne reçoivent pas les patients avec la carte CMU ou pas les enfants, OPH qui ne prennent pas de nouveaux client.es...

Ex : si besoin de pratiquer des extractions dentaires chez les enfants (avec anesthésie), il est très compliqué d’avoir un rdv sur Clocheville. 

Je souhaiterais intervenir dans les écoles primaires pour parler des discriminations entre les filles et les garçons, le respect de son corps, l’estime de soi…. Mais pas le TEMPS !!!!

Et la prévention collective est très chronophage, et nous sort de nos infirmeries donc plus d’accueil !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Coordination Nationale, infos de la semaine

Une histoire d’eau «enrichissante »

Certains affirment à l’envi que les précaires, les bénéficiaires du RSA, de la CMU ou des allocations familiales, les retraités, les chômeurs, les patients, tous potentiellement fraudeurs, sont à l’origine des déséquilibres de nos finances publiques.

Participons massivement à la manifestation du jeudi 22 mars à Tours, pour la défense de nos services publics


Le 15 mars 2018 nous avons appelé à rejoindre les salarié-es des EHPAD et de l’aide à domicile. Nous partageons leurs préoccupations et soutenons leurs revendications :plus de moyens pour du personnel bien traité, qualifié, correctement rémunéré et en nombre suffisant pour qu’il puisse prendre en charge humainement et dignement les résident-es.

Nous sommes également solidaires des salarié-es des hôpitaux qui subissent la même politique de restrictions et de restructurations qui aboutissent à des centaines de suppressions de postes et de lits, comme au CHU de Tours. En plus de rendre les conditions de travail de plus en plus insupportables pour les hospitalier-ères, cette dégradation du service public est dramatique pour les usager-ères qui voient l’offre publique de soins se restreindre a au profit des cliniques privées lucratives qui pratiquent des dépassements d’honoraires totalement injustifiés.

C’est pourquoi nous organisons le 15 avril un concert pour la défense de l’hôpital public.

Globalement nous sommes attachés aux services publics dans leur ensemble, car ils sont la condition pour permettre un accès égalitaire pour tous et toutes à des droits élémentaires, comme la santé, l’éducation, l’énergie, l’eau, les transports, etc. Ils permettent de faire prévaloir l’intérêt général sur les intérêts financiers. Depuis 30 ans ces services publics n’ont cessé d’être attaqués, démantelés, privatisés.

Nous soutenons donc également la lutte des cheminot-es qui résistent à ce gouvernement qui veut parachever la privatisation du transport ferroviaire.

C’est pourquoi nous appelons la population à participer massivement à la manifestation du jeudi 22 mars à Tours, à 10h00 place de la Liberté.

Celle ci se déroulera dans le cadre de la journée de grève appelée par les organisations syndicales dans les trois fonctions publiques, contre la perspective des 120000 suppressions de postes de fonctionnaires, synonymes de casse accrue des services publics.


Rejoignons les salariés des EHPAD et Soins à Domicile dans la rue le 15 mars 2018


Suite au succès de la journée d’action du 30 janvier, les organisations syndicales appellent à élargir et amplifier la mobilisation.

Une manifestation unitaire est organisée à Tours le 15 mars.

Les employés des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et de Soins à domicile, soutenus par leurs syndicats, manifesteront leur ras-le-bol pour la deuxième fois de l’année : des sous-effectifs chroniques épuisent les soignants. Quant aux personnes résidentes, elles peuvent mourir en silence d’un manque de vigilance médicale et de présence humaine.

Partout en France, des grèves ont mis en lumière les conséquences de la précarité des personnels et du manque d’effectifs : repas donnés à la hâte, toilettes rapides, manque d’activités, qui transforment les EHPAD en mouroirs. Cette « maltraitance institutionnelle », les personnels ne la supportent plus alors que, dans le même temps, l’exploitation de « l’or gris » est devenue un business très rentable pour les fonds d'investissements qui ont jeté leur dévolu sur des groupes privés qui gèrent les EHPAD comme des entreprises du cac 40 et au mépris de toute humanité.

« Certains résidents préféraient mourir » titre Paris Match dans un article en date du 6 mars 2018, relatant le témoignage accablant de Julie, aide-soignante qui a exercé dix ans dans un groupe international.

Et les EHPAD publics ne sont pas en reste comme le montrent cette « lettre ouverte à Emmanuel Macron et Agnès Buzin » ainsi que les nombreux témoignages relayés depuis quelques temps par les réseaux sociaux, notamment Twitter, avec le « hashtag » #BalanceTonEHPAD

L’Aide, l’Accompagnement et les Soins à domicile de plus en plus sollicités par le développement présent et à venir de l’Ambulatoire, sont un secteur également sinistré qui concerne 226 000 salariés dont 95 % de femmes, avec 20 % qui ont plus de 50 ans, 41 % non qualifiés, avec un salaire brut moyen de 972€ mensuels et 15 ans d’ancienneté.

Les annonces de la ministre de la santé Agnes Byzyn comme celle de 150 millions (100 + 50 de "prime" !) pour les EHPAD ne sont que des miettes quand c'est en milliards qu'il faudrait investir pour pouvoir prendre soin dignement de nos personnes âgées. En ce qui concerne le personnel, le « ratio » d’un agent pour une personne résidente est un minimum à atteindre pour réellement faire évoluer l’accueil en Ehpad (aujourd’hui il est de 0,6).

A Tours, avec la restructuration du CHRU, la fermeture annoncée du site de l’Ermitage ajoute aux inquiétudes actuelles pour les patient-es et les salarié-es (voir notre article). 

Nos revendications mises en avant le 30 janvier sont plus que jamais d’actualité.

Il faut des moyens pour du personnel bien traité, qualifié, correctement rémunéré et en nombre suffisant pour qu’il puisse prendre en charge humainement et dignement les personnes âgées.

Soyons aux côtés des salariés des EHPAD, de l’Aide, l’Accompagnement et les Soins à Domicile, le 15 mars à 10h place Jean Jaures à Tours, et après, pour exiger des moyens pour des conditions de vie dignes et respectueuses de nos anciens