Défendre Anthony Smith c'est défendre le droit à la santé des travailleurs

Ce 16 juin était également une journée nationale intersyndicale de mobilisation et de grève en soutien  et pour la réintégration d'Anthony Smith, cet inspecteur du travail suspendu depuis le 15 avril 2020 pour avoir voulu faire un référé, ce que la loi lui autorise, vis-à-vis d'un employeur d'une association d'aides à domicile, pour l'obliger à donner des protections aux salarié.es pour se protéger du covid 19. Un appel au rassemblement était fait à Tours  par la CGT Travail 37 devant la Direccte Direction régionale des entreprises, de la consommation, du travail et de l'emploi.

Le Collectif santé a relayé cet appel car cette répression vise à intimider ceux qui défendent le droit à la santé au travail, de même que les attaques contre la médecine du travail. Là encore, il faut que l'ensemble des salariés soutiennent cette cause.


Les grévistes ont expliqué les circonstances et l'iniquité des sanctions contre Anthony Smith pour l'empêcher de faire son travail.

Pour plus d'info sur la situation d'Anthony, voici des liens vers la pétition (près de 143 000 signatures !) et vers le comité de soutien :

Après  des interventions auprès de la presse soutenus par des militants de divers horizons, puis  un pique nique ils ont ensuite rejoint le cortège de la santé.

Faites connaître cette lutte, signez la pétition !

Soutien à Anthony Smith par Gérard Filoche

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Communiqué suite au drame de Reims

Le Collectif 37 Notre Santé en Danger partage l’émotion ressentie par toute la communauté soignante après le décès d’une infirmière à l’hôpital de Reims. L’agression dont elle a été victime, ainsi que sa collègue secrétaire médicale, a été commise par un homme souffrant de troubles psychiatriques sévères, et suivi dans le service voisin de celui de ses victimes.

Malheureusement, les réactions suscitées par ce drame nous inquiètent, car il ne semble être analysé que d’un point de vue sécuritaire. F. Braun (ministre de la santé), s’empressant de proposer une réunion ce jeudi sur la « sécurité » dans le secteur de la santé.

Mais un problème de fond n’est pas abordé : celui du délaissement des patients en psychiatrie, lié aux multiples fermetures de lits partout en France. Rappelons qu’à Tours, c’est 84 lits qui vont disparaitre avec le regroupement des psychiatries sur Trousseau au sein du NHP (Nouvel Hôpital Psychiatrique). Les soins en psychiatrie nécessitent un personnel formé, qualifié et nombreux La prise en charge de toute la population à travers le travail de secteur ne peut plus être assurée par manque de moyen. Des patients qui auraient besoin de soins sont abandonnés et livrés à eux-mêmes.

Les propositions sécuritaires ne sauraient répondre aux problèmes, c’est tout l’hôpital qui a besoin de moyens, en lits et en personnel, pour répondre aux besoins de santé de la population.

pour rappel voici la vidéo faite sur la psychiatrie à Tours en 2022 à l'occasion de la lutte contre les suppressions de lits et le regroupement des psychiatries sur le CHU de Tours que nous avions déjà publiée dans notre article du 21 juin dernier.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com