Tous en soutien avec la psychiatrie du CHU de Tours le 24 juin à13h30 à Bretonneau

La situation étant déjà difficile avec de nombreuses fermetures de lits, elle ne peut que s'aggraver avec la restructuration actuelle qui prévoit encore plus de suppressions.

Au cours de la soirée publique du 20 mai, de nombreux professionnels et usagers sont intervenus pour tirer la sonnette d'alarme.

Une réunion de négociation aura lieu ce vendredi 24 juin à 14 h à Bretonneau entre la mairie de Tours et des élus, la direction de l'ARS, la direction du CHU de Tours, des professionnels avec les syndicats et des représentants des usagers.

Un rassemblement aura lieu à 13h30 devant la direction générale, pour soutenir la délégation.

Nous appelons à y participer massivement, il en va de la prise en charge de la psychiatrie dans les années à venir.

La vidéo ci-dessous, réalisée en partie au moment de la soirée du 20 mai explique les enjeux.

Voir également le communiqué de presse annonçant le rassemblement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nouvel hôpital psychiatrique : la direction joue l'esbrouffe

Cette réunion se tenait à l'initiative du maire de Tours Emmanuel Denis, qui avait souhaité avoir des explications sur les nouvelles fermetures de lits, alors que l'ancien ministre de la Santé, O.Veran avait annoncé qu'il n'y en aurait plus ! La promesse en avait été faite au personnel qui s'était invité au conseil de surveillance de mai pour protester contre la réduction drastique de lits de secteur adulte dans les nouveaux de la direction sur injonction de l'ARS.

La participation du Collectif Santé à cette réunion a été refusée par la direction du CHRU, qui a préféré inviter en tant que représentant des usagers son «  forum des associations  ». Nous avions rédigé un communiqué suite à ce refus pour donner malgré tout notre position, qui devait être lu à la réunion. Le Collectif était présent avec sa banderole et a distribué son intervention.

Il a également été possible de la donner au nouveau député de la NUPES Charles Fournier, qui a été applaudi à son arrivée.

Si aucune décision n'a été prise au cours de cette réunion, elle a permis aux agents et syndicalistes présent.es d'exposer les raisons pour lesquelles ils et elles défendent une psychiatrie humaniste, avec des moyens et du personnel formé. 

D'après les informations données dans la presse, il n'y a pas de recul de la direction qui jongle avec les chiffres en mélangeant les lits de secteurs adultes qui seront effectivement drastiquement diminués, en passant de 204 lits adultes à 120. Les 50 lits de spécialités dont parle Richard Dalmasso, Directeur général adjoint du CHU, existent déjà pour les 12 lits adolescents. Les 8 lits actuels pour adultes déficients (qui étaient 12 il y a quelques années), sont transformés en 6 lits de diagnostic autisme. Les 20 lits de gérontopsy et les 12 lits de sevrage sont effectivement créés, mais au détriment des lits de secteur adulte. Nous apprenons le financement de 20 lits d'hospitalisation à domicile, ce qui nous laisse perplexes, car pas à même de remplacer une hospitalisation complète en cas de crise. Nous réaffirmons avec le collectif Tours psy, que les moyens qui peuvent être mis en ambulatoire doivent être complémentaires à ceux de la psy et non les remplacer. Et ils demandent de toute façon, encore plus de moyens humains. 

le 3ème centre de consultation dans le centre de Tours était lui, en attente depuis 10 ans (il est actuellement à Trousseau et réintégrerait le centre ville où il était auparavant dans de nouveaux locaux).

Le nouvel hôpital psychiatrique de Trousseau devrait ouvrir au dernier semestre 2025, sur 11.000m2 à la place des 35 000m2 actuels des différentes psy, avec espaces verts compris !

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Coordination Nationale, infos de la semaine

La nouvelle ministre de la santé et de la prévention est en sursis ! Il y a pourtant urgence pour les urgences ! Mais pas seulement : la directrice de l’ARS d’Ile de France se prépare à un été tendu notamment dans les maternités. Si c’est elle qui le dit ! Devant la gravité de la situation en psychiatrie, les psychiatres lancent un appel à l’action le 28 juin. En fait, c’est tout l’hôpital, tout le système de santé français qui part en guenilles.