Lettre ouverte à Mme la directrice générale du CHRU de Tours

Djorm9t9fpkiajHwRXwqRcFaK3I 529x324

Collectif 37 Notre Santé en danger Tours le 12 juin 2018

Collectifsanté37@gmail.com

Lettre ouverte à Mme Gérain Breuzard Marie-Noëlle

Directrice générale du CHRU de Tours

Madame la Directrice Générale du CHRU de Tours

Nous accusons réception de votre lettre en réponse à notre courrier du 3 juin vous demandant un rendez-vous.

Nous pensions vous remettre à cette occasion des pétitions recueillies auprès de la population tourangelle et signées par plus de 1450 personnes pour la défense de l’hôpital public.

Cette réponse, par sa formulation, montre le mépris que vous avez envers les usagers et les signataires des pétitions que le collectif santé 37 représente.

Notre collectif, soucieux de la santé de la population, fonctionne autour d’un débat citoyen et réagit aux dégradations de notre système de soins. L’hôpital public en est un maillon important.

Vous nous accusez de faire de la politique mais c’est bien une politique d’austérité que vous appliquez en coupant dans les effectifs et les lits de l’hôpital et ce sont non seulement le personnel mais aussi les patient-es qui en subissent et en subiront les conséquences au fur et à mesure de l’avancée de ces coupes.

Nous sommes vigilants car nous estimons que l’hôpital est là pour accueillir tout le monde, particulièrement les personnes les plus vulnérables: les personnes âgées, les enfants, les personnes handicapées, les populations les plus défavorisées. Certes, l’hôpital sera « modernisé », mais lorsque que vous fermez les lits d’hospitalisation de semaine par exemple en pneumologie, dans lequel se font notamment les diagnostics et le traitement de l’apnée du sommeil, les patient-es n’auront pas d’autre choix que d’aller dans les cliniques privées ou, pour certains, de ne pas se soigner du tout. C’est une des conséquences du plan COPERMO signé entre le CHRU et l’ex-ministre de la santé Marisol Touraine.

Vous nous prêtez une  « vision négative » et donc imaginaire des restructurations de cet hôpital, mais ce sont des faits que nous constatons :

Ce n’est pas le collectif santé qui invente l’engorgement aux urgences ! Ce n’est pas le collectif santé qui invente le manque de lits en aval pour accueillir les patient-es. Ce n’est pas le collectif santé qui invente les fermetures de lits ! Ces fermetures entraînent des dysfonctionnements importants dans la prise en charge des patient-es et génèrent une souffrance au travail des agents hospitaliers.

Vous ne pourrez pas, comme vous tentez de l’imposer au personnel, nous empêcher de nous exprimer :

Que va devenir l’hôpital pédiatrique de Clocheville qui doit fermer ?

Que vont devenir les personnes âgées de l’EHPAD de l’Ermitage ?

Combien de lits supprimerez-vous en regroupant toutes les psychiatries alors qu’il y manque déjà des lits?

Quelles seront les conséquences de toutes les fermetures d’hôpitaux de semaine qui permettent les hospitalisations programmées ?

Nous nous inquiétons utilement et nous avons raison d’établir un lien entre ce manque de personnels et de lits et les décès en salle d’attente de personnes âgées survenus récemment aux urgences.

Vous vous appuyez sur le « forum citoyen » mais vous ne pouvez sérieusement réduire les usagers à 15 personnes, qui plus est, interrogées dans un cadre imposé affirmant que «l’efficacité économique du nouvel hôpital est un impératif non négociable » ; vous avez surtout cherché à avoir une caution à votre plan de restructuration.

Notre collectif santé continuera à défendre un hôpital public qui permette l’accès à des soins de qualité pour tous et toutes.

Veuillez recevoir, Madame la Directrice, les salutations d’un collectif soucieux de la santé publique.

Pour le collectif 37 Notre Santé en Danger

La Présidente

Marie-Pierre Martin

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mobilisation contre la fermeture de 24 lits de psychiatrie au CHRU de Tours

L'intersyndicale SUD, CGT et FO du CHRU de Tours avait appelé à la grève les personnels de psychiatrie à compter du 11 juin, pour protester contre la fermeture de 26 lits jusqu'à la fin de l'année.

Les professionnel.les étaient monté.es sur le toit du bâtiment pour visibiliser leur mouvement.

Une quarantaine de personnes dont notre collectif se sont retrouvés devant le bâtiment de psychiatrie à Trousseau pour les soutenir. (voir le message envoyé par le collectif et lu par une syndicaliste).

D'autres initiatives sont à suivre.

Un clin d'oeil a ainsi été envoyé aux "perchés du Havre" qui avaient mené une lutte débutée le 16 juin 2018 à l'hopital Pierre Janet contre les conditions d'accueil très dégradées pour leurs patient.es par manque de place et de personnel. Le 3 juillet la direction avait annoncé la création de 28 postes. Leur lutte est devenue emblématique avec celle du Rouvray la même année.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com