Lettre ouverte à Mme la directrice générale du CHRU de Tours

Djorm9t9fpkiajHwRXwqRcFaK3I 529x324

Collectif 37 Notre Santé en danger Tours le 12 juin 2018

Collectifsanté37@gmail.com

Lettre ouverte à Mme Gérain Breuzard Marie-Noëlle

Directrice générale du CHRU de Tours

Madame la Directrice Générale du CHRU de Tours

Nous accusons réception de votre lettre en réponse à notre courrier du 3 juin vous demandant un rendez-vous.

Nous pensions vous remettre à cette occasion des pétitions recueillies auprès de la population tourangelle et signées par plus de 1450 personnes pour la défense de l’hôpital public.

Cette réponse, par sa formulation, montre le mépris que vous avez envers les usagers et les signataires des pétitions que le collectif santé 37 représente.

Notre collectif, soucieux de la santé de la population, fonctionne autour d’un débat citoyen et réagit aux dégradations de notre système de soins. L’hôpital public en est un maillon important.

Vous nous accusez de faire de la politique mais c’est bien une politique d’austérité que vous appliquez en coupant dans les effectifs et les lits de l’hôpital et ce sont non seulement le personnel mais aussi les patient-es qui en subissent et en subiront les conséquences au fur et à mesure de l’avancée de ces coupes.

Nous sommes vigilants car nous estimons que l’hôpital est là pour accueillir tout le monde, particulièrement les personnes les plus vulnérables: les personnes âgées, les enfants, les personnes handicapées, les populations les plus défavorisées. Certes, l’hôpital sera « modernisé », mais lorsque que vous fermez les lits d’hospitalisation de semaine par exemple en pneumologie, dans lequel se font notamment les diagnostics et le traitement de l’apnée du sommeil, les patient-es n’auront pas d’autre choix que d’aller dans les cliniques privées ou, pour certains, de ne pas se soigner du tout. C’est une des conséquences du plan COPERMO signé entre le CHRU et l’ex-ministre de la santé Marisol Touraine.

Vous nous prêtez une  « vision négative » et donc imaginaire des restructurations de cet hôpital, mais ce sont des faits que nous constatons :

Ce n’est pas le collectif santé qui invente l’engorgement aux urgences ! Ce n’est pas le collectif santé qui invente le manque de lits en aval pour accueillir les patient-es. Ce n’est pas le collectif santé qui invente les fermetures de lits ! Ces fermetures entraînent des dysfonctionnements importants dans la prise en charge des patient-es et génèrent une souffrance au travail des agents hospitaliers.

Vous ne pourrez pas, comme vous tentez de l’imposer au personnel, nous empêcher de nous exprimer :

Que va devenir l’hôpital pédiatrique de Clocheville qui doit fermer ?

Que vont devenir les personnes âgées de l’EHPAD de l’Ermitage ?

Combien de lits supprimerez-vous en regroupant toutes les psychiatries alors qu’il y manque déjà des lits?

Quelles seront les conséquences de toutes les fermetures d’hôpitaux de semaine qui permettent les hospitalisations programmées ?

Nous nous inquiétons utilement et nous avons raison d’établir un lien entre ce manque de personnels et de lits et les décès en salle d’attente de personnes âgées survenus récemment aux urgences.

Vous vous appuyez sur le « forum citoyen » mais vous ne pouvez sérieusement réduire les usagers à 15 personnes, qui plus est, interrogées dans un cadre imposé affirmant que «l’efficacité économique du nouvel hôpital est un impératif non négociable » ; vous avez surtout cherché à avoir une caution à votre plan de restructuration.

Notre collectif santé continuera à défendre un hôpital public qui permette l’accès à des soins de qualité pour tous et toutes.

Veuillez recevoir, Madame la Directrice, les salutations d’un collectif soucieux de la santé publique.

Pour le collectif 37 Notre Santé en Danger

La Présidente

Marie-Pierre Martin

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Coordination Nationale, infos de la semaine

Une histoire d’eau «enrichissante »

Certains affirment à l’envi que les précaires, les bénéficiaires du RSA, de la CMU ou des allocations familiales, les retraités, les chômeurs, les patients, tous potentiellement fraudeurs, sont à l’origine des déséquilibres de nos finances publiques.

La psychiatrique en souffrance et en colère manifeste le 20 mai à Tours.

Le collectif psychiatrie était à nouveau mobilisé ce jeudi 20 mai à Tours.

Ce collectif rassemble les organisations syndicales CGT, FO, SUD santés sociaux ainsi que des professionnels de Tours, Amboise Châteaurenault, Loches et Chinon pour les établissements publics ainsi que ceux de la clinique Ronsard, en grève déjà depuis plusieurs semaines pour obtenir du personnel en remplacement des absences.

Une Assemblée Générale qui avait lieu le matin s'est poursuivie par une manifestation colorée et festive pour rappeler les revendications de la psychiatrie. Il manque une soixantaine de postes dans le secteur public et si une quinzaine ont été promis, notamment pour l'extra hospitalier, on est encore loin du compte. Des lits ont été fermés par manque de personnel. Pour les patients, il est très difficile d'avoir rapidement des consultations, et une fois le rendez-vous obtenu, de pouvoir avoir un suivi dans des délais décents et efficaces pour des soins psychiques. Les besoins augmentent mais les moyens sont en berne!

Le collectif santé avait une banderole: "Pour une psychiatrie humaine, + de personnel, + de moyens."

Journée de mobilisation nationale et internationale pour défendre l’égalité d’accès à des soins de qualité

Le samedi 29 mai est une journée de mobilisation nationale et internationale pour défendre l’égalité d’accès à des soins de qualité à l’appel de nombreuses organisations.

À Tours, rendez-vous à 15h place Jean-Jaurès

Les politiques d’austérité pour la santé conduisent depuis des années à une dégradation de l’accès et de la qualité des soins, à des pertes de chance pour toutes et tous et à une dégradation des conditions de travail, en France et en Europe. La pandémie a révélé de manière brutale les conséquences de ces politiques de restrictions budgétaires et notamment son coût humain.

Le financement des systèmes de santé n’est plus à la hauteur des besoins de santé de la population. Considéré comme non rentable, la santé est devenu une variable d’ajustement.

Au contraire, il est temps de changer de paradigme et les systèmes de soins de santé sont un bien commun qu’il faut préserver coûte que coûte !

Nous nous mobiliserons donc toutes et tous ensemble en Europe, pour une nouvelle politique de Santé Publique engagée socialement :

- Pour des moyens à la hauteur des besoins de santé

- Pour un accès universel aux soins et aux médicaments

- Pour une vraie revalorisation des métiers de la santé qui permettre un choc d’attractivité

De plus, une nouvelle mobilisation des salarié-es de la santé, du social et du médicosocial est en préparation pour le 15 juin. Il reste toujours des exclu.e.s des revalorisations de salaire annoncées par le gouvernement qui revendiquent l’égalité de traitement : 183 euros pour tou.te.s, tout de suite.

Toutes ces luttes sont légitimes et essentielles.

Le 15 juin, c’est l’occasion de les rendre visibles et de les additionner afin d’augmenter le rapport de force et de peser sur le gouvernement et les tutelles.

  • POUR DES MOYENS EN EFFECTIFS ET DES FINANCEMENTS A LA HAUTEUR DES BESOINS DE LA POPULATION,
  • POUR LES 183 EUROS POUR TOUTES ET TOUS ET LA REVALORISATION DES GRILLES SALARIALES POUR TOUTES ET TOUS SANS BARRAGE,
  • POUR LE MAINTIEN ET AMÉLIORATION DES CONVENTIONS COLLECTIVES,
  • NON A LA MARCHANDISATION DE LA SANTE, DU SOCIAL ET DU MEDICOSOCIAL.

En espérant votre venue, car c’est nous tou.te.s professionnel.le.s et usager.e.s qui sommes concerné.e.s.