Conférence de presse des grévistes de l’ADMR 41 le 26 mars 2021

Les aides à domiciles de L’ADMR 41, en grève depuis 3 mois, faisaient le point avec la presse suite aux négociations avec leur direction et le conseil départemental qui avait eu lieu le 23 mars.

En fait de négociation, il s’agissait plutôt de décisions unilatérales prises par le directeur et le conseil d’administration de cette association qui ont été imposées aux salariées.

La mobilisation avait permis d’aboutir à ce que Conseil départemental et ADMR mettent sur la table 1,5 millions d’€, ce qui pourrait être considéré comme une victoire. Le côté pervers c’est que cette somme ne doit pas servir à répondre aux revendications des grévistes mais est mise en négociation avec la CFTC , syndicat majoritaire qui n’appelait pas à la grève. Un tel mépris laisse sans voix ! Il n’est pas question dans cette proposition non signée par la CGT d’augmenter les indemnités kilométriques et les salaires. Pire, le conseil départemental a proposé d’augmenter de 0,54 € le prix de l’heure des usager.es, suivi par l’ADMR qui l’a proposé à 0,40 €.. ; un moyen de monter les bénéficiaires contre les grévistes alors qu’elles ont reçu des soutiens de bons nombre d’entre eux ou elles ainsi que de leurs collègues au cours de leur lutte. Il est question aussi de payer des téléphones professionnels pour mieux les pister., de donner 1 € par mois pour payer le nettoyage des blouses… !

Cette réunion a donc vraiment augmenté leur colère.

Voyant la situation de blocage, elles continuent leur lutte mais vont prendre des méthodes différentes. Au lieu de grève suivie, à partir du lundi 29 mars, elles mèneront des grèves surprises et continueront à populariser et médiatiser leur combat. Elles ne sont pas décidées à se laisser priver des fruits de leur lutte.

Les grévistes ont aussi souligné que leur lutte avait eu un impact au-delà de ce qu’elles avaient imaginé au début. Avec tous les contacts pris, par la durée de leur lutte, avec d’autres salariés en lutte elles étaient vues comme le symbole des femmes travailleuses invisibles, mal payées, lancées sans protection face au covid, au service de la population dans le besoin et qui avaient eu le courage de redresser la tête de refuser le mépris et de demander de ne plus avoir de temps partiels imposés, d’avoir tous leurs dépassements pays et de pouvoir vivre dignement de leur travail. Elles ont eu une reconnaissance nationale avec la rencontre du cabinet de Macron à Tours, l’article dans le Monde, dans Marianne… les liens avec des salariés grévistes d’autres boîtes.

Elles reprennent des forces mais n’ont pas dit leur dernier mot. Elles font face à un adversaire coriace mais elles ont aussi des réserves de résistance et savent qu’elles sont dans le droit d’exiger leur dû.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rassemblement à Tours pour la journée mondiale de la santé.

Le Collectif Santé avait appelé à marquer la journée mondiale de la santé par un rassemblement Place J. Jaurès ; nous étions bien visibles avec de nombreux panneaux et banderoles, accompagné entre autre, de Convergences services publics. Nous avons distribué le tract commun et fait de nouveaux contacts. Ci-dessous notre intervention :

Le 4 avril, avec le social et le médicosocial

Jeudi 4 avril 2024, les secteurs social et médico-social étaient dans la rue, à l’appel de Sud Solidaires, la CGT, FO soutenus par le Collectif 37 Notre Santé en Danger.

Plusieurs établissements ou associations étaient représentés, dont La Boisnière, l’ADAPEI, l’Eveil, les Elfes, le CH de Luynes des étudiant.es de l’ITS….

Une travailleuse sociale et une AESH ont donné des éléments pour comprendre cette mobilisation nationale qui concerne à la fois le social et le médico-social, les pénuries dans l’un et l’autre secteur augmentant les difficultés pour les usager-ères: Et malgré un constat déjà alarmant, le gouvernement choisit de réduire les budgets de fonctionnement de plus d'un milliard d'euros cette année. 

Quand les Travailleur-ses Sociaux et médico- sociaux-les craqueront et n'en pourront plus, qui prendra en charge l'enfance en danger, les personnes vieillissantes, les personnes en situation de handicap, les personnes en insertion professionnelle, les personnes à la rue, les personnes sortant de prison, les personnes migrantes, les personnes mal logées, les personnes dont les accidents de vie empêchent de se nourrir, de se chauffer, de se vêtir ...

De quelle société voulons nous ?
  •  150 travailleurs et travailleuses sociaux et médico-sociaux en grève se sont rassemblé.es devant la préfecture avant de manifester jusqu'à l'ARS pour revendiquer:
    • La prime Ségur 183€ pour tous-tes! Sans conditions!
    • La sauvegarde de leurs conventions collectives ! 
    • Refus du décret d'1 milliard d'euros d'économies dans le social!
    • Mesures attractives pour le métier, augmentation de salaires!
    • De vrais moyens pour accueillir/accompagner dignement les personnes.
      Il y a 1,2 millions de travailleurs et travailleuses sociaux en France.
      En 2 ans il y a eu 150 000 départs à la retraite et 90 000 démissions depuis la COVID.
      30 000 postes restent non pourvus dans le social d' où :
  •  Les personnes âgées se retrouvent abandonnées et leurs familles en souffrance.
    • Par manque de places dans des établissements, elles sont maintenues à domicile avec peu ou pas du tout l'accompagnement nécessaire, les familles se retrouvent alors devoir les prendre en charge.
  • Il y a aussi les personnes en précarité financière, sans emploi, qui peinent à se loger (et au passage le gouvernement veut alléger la loi SRU qui garantit notamment la mixité sociale), les personnes en souffrance psychique, les personnes isolées, les personnes qui ont fui leur pays pour leur survie.... on a tous et toutes été, on est tous et toutes et/on sera tous et toutes confronté.es au travail social à un moment de notre vie. 
  • Une enfance en danger, puisque les enfants ne sont pas pris en charge.
    Lorsqu'ils devraient être placés, ils ne peuvent pas l'être par manque de personnel, de places dans les foyers d'accueils...
    On peut même parler de maltraitance pour les enfants qui ont besoin de soins dans le médico-social, mais qui n'en n'ont pas, par manque de structures spécialisées, de personnels, qui sont donc en "inclusion" dans les écoles en attendant... 
    • Inclusions sans les moyens nécessaires et maltraitantes également. Avec des AESH mutualisées qui accompagnent plusieurs enfants en même temps, qui n'ont pas les formations adaptées et pas en nombre suffisant par manque d'attractivité du métier, avec un salaire sous le seuil de pauvreté et rappelons également que ce sont en majorité des femmes encore une fois non reconnues pour leur travail.

Les travailleurs et les travailleuses sociaux d'aujourd'hui représentent la dernière digue. Elle est en train de péter !

Tout l'équilibre et le lien social que le travail social permet de maintenir est en train de s'effondrer !

Rappelons également que 90% des travailleuses sociales sont des femmes qui ne sont pas valorisées pour leurs compétences professionnelles, puisque ce système patriarcal considère que c'est un travail "inné" chez les femmes...

Le social se bat pour tout le monde!
Et tout le monde se bat pour le social!

Une travailleuse sociale et une AESH.

Intervention du Collectif Santé
Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com