Adresse du personnel en lutte du CHU de Tours aux usagers

Ils ne pensent quaux sous

SAUVEZ VOTRE SYSTEME DE SANTE !

Nous sommes : Agents de services hospitalier,
Agents administratifs,
Agents de sécurité,
Aides soignant(e)s,
Infirmier(e)s,
Kinésithérapeutes

Nous exerçons nos métiers au sein de la fonction publique hospitalière parce que nous croyons que les idéaux qui en sont les fondements sont justes.

Nous protégeons, lavons, changeons, soignons, rééduquons vos parents, vos enfants et vos amis sans distinction d'origine géographique, ethnique ou socio-économique parce que nous croyons que chaque membre d'une communauté a le droit de recevoir des soins de qualité.

Depuis des années déjà, ces idéaux sont remis en question à grands coups de politiques comptables et d'audits faits sur des tableurs informatiques. (Loi santé...)

On vous explique, à vous usager(e)s, sur la base de ces chiffres, que ces idéaux vous coûtent trop cher et qu'il est dans votre intérêt de diminuer les moyens alloués à votre santé.

Nous, soignants, nous efforçons de compenser ces coupes budgétaires au prix de notre propre santé physique et morale pour continuer à vous soigner selon des critères de qualité que, selon nous, vous méritez.

Aujourd'hui, nous arrivons à un point de rupture.

Nous ne sommes plus capables de pallier à la diminution de nos moyens matériels ainsi qu’humains et voyons avec écœurement la qualité des soins, que nous prodiguons, baisser.

Malgré cela toujours plus de lits d'hospitalisation sont fermés et toujours plus de postes sont supprimés.

Les politiques de recrutements précarisent toujours plus de jeunes soignants et on tente d'imposer à certains agents de travailler sur des roulements de 12 heures au mépris des dangers connus pour leur santé et pour la qualité des prises en charge.

C'est pourquoi, aujourd'hui, nous appelons tous les professionnels de santé de France ainsi que vous, usager(e)s, à se regrouper pour lutter contre la destruction de notre système de santé.

Si comme nous, vous croyez que la qualité des soins reçus par un(e) patient(e) ne doit pas dépendre de ses moyens et qu'un service rendu dans l'intérêt du plus grand nombre ne doit pas être transformé en entreprise à but lucratif employant les méthodes de management les plus agressives.

Si vous pensez que le contrat moral qui lie les agents de la fonction publique hospitalière à l'ensemble de la société a de la valeur et doit être sauvé, et qu'il est du devoir d'un état de proposer à ses citoyens un système de soins égalitaire et digne de ce nom :

Alors rassemblons-nous ! Nos forces résident dans notre nombre et dans les valeurs portées par nos convictions.

Professionnels de santé, organisons nous !

Usager(e)s, aidez-nous à rendre ce combat, qui est aussi le vôtre, visible ! Soutenez-le si vous le pensez juste afin de nous permettre d'en prouver la légitimité.

Par tous les moyens à notre disposition : médias, réseaux sociaux, lettres et courriers électroniques à nos représentants politiques, révoltons nous face à ce qui se passe aujourd'hui dans nos hôpitaux et faisons savoir en quel avenir nous croyons pour eux.

Le personnel en lutte du CHU de Tours

(soutenus par les syndicats CGT,FO et SUD)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mobilisation contre la fermeture de 24 lits de psychiatrie au CHRU de Tours

L'intersyndicale SUD, CGT et FO du CHRU de Tours avait appelé à la grève les personnels de psychiatrie à compter du 11 juin, pour protester contre la fermeture de 26 lits jusqu'à la fin de l'année.

Les professionnel.les étaient monté.es sur le toit du bâtiment pour visibiliser leur mouvement.

Une quarantaine de personnes dont notre collectif se sont retrouvés devant le bâtiment de psychiatrie à Trousseau pour les soutenir. (voir le message envoyé par le collectif et lu par une syndicaliste).

D'autres initiatives sont à suivre.

Un clin d'oeil a ainsi été envoyé aux "perchés du Havre" qui avaient mené une lutte débutée le 16 juin 2018 à l'hopital Pierre Janet contre les conditions d'accueil très dégradées pour leurs patient.es par manque de place et de personnel. Le 3 juillet la direction avait annoncé la création de 28 postes. Leur lutte est devenue emblématique avec celle du Rouvray la même année.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com