Débat du 13 décembre avec le Dr HIJII, pédiatre palestinien

Une centaine de personnes étaient présentes pour assister à la soirée débat sur la Palestine à la faculté des Tanneurs de Tours.

Des informations ont ensuite été données sur la guerre actuelle qui dure depuis déjà plus de 2 mois. Le nombre de morts est estimé entre 20 à 30 000 et la situation sanitaire est terrible : pas d’eau, pas de médicament (notamment anesthésiants), le manque de nourriture devient aussi inquiétant et des gens pourraient mourir de faim. MSF compare la situation actuelle des hôpitaux à celle qui régnait durant la Première Guerre mondiale !

Le Dr HIJII est un pédiatre retraité, il est responsable au sein de l’association PALMED, qui rassemble des médecins palestiniens vivant en Europe. Cette association assure la formation de médecins palestiniens et l’envoi de médicaments. Il a raconté son histoire, car il s’est retrouvé à Gaza où il n’avait pas été depuis 10 ans, juste avant le début des bombardements. Il a expliqué que 300 cadres de santé, médecins et infirmiers sont déjà morts. Le directeur de l’hôpital Al-Shifa est arrêté ainsi que celui de l’hôpital Gamal Idouane au nord de Gaza. Il a relaté les conditions de travail terribles dans lesquelles se retrouvent les soignants : des lits sont installés sur les parkings de l’hôpital, beaucoup d’amputations doivent être faites, surtout pour les enfants, à cause des problèmes d’infection et du risque de gangrène, car il n’y a pas d’antibiotique. Les coupures de courant sont régulières, ils n’ont que 1h à 4h de courant par jour. Il n’y a évidemment rien non plus pour prendre en charge les patients atteints de pathologie chroniques, les personnes âgées. Les blessures sont principalement des brûlures très graves qui ne peuvent soulager faute d’anti-douleur. Les cadavres sont mis dans les frigos en attendant d’être enterrés en fosse commune. Avec l’hiver qui arrive, les conditions vont se durcir encore plus. L’hôpital Al-Awda au nord de Gaza est assiégé par des tanks et les soldats israéliens tirent quand quelqu’un en sort. 250 médecins sont à l’intérieur avec les blessés et les familles, il reste 3j de réserves de nourriture, 2j de réserve en eau, 4J de réserves en carburant. Il y a 2 femmes enceintes et 38 nourrissons. L’ONU reste silencieuse. Que vont-ils devenir ?

Le navire-hôpital français, dont Macron avait fait la propagande, est resté seulement 2 jours près de Gaza, il est ensuite parti au Liban.

La guerre est aussi celle de l’eau : les usines de traitement d’eau de mer ont été détruites par Israël, privant ainsi la population d’eau potable. À tout cela il faut rajouter le blocus que subit Gaza depuis 16 ans.

C’est plus de 1 million 900.000 personnes qui sont réfugiées dans le sud de Gaza ; les camps de réfugiés sont bombardés également en Cisjordanie. Israël mène une guerre totale et génocidaire contre les Palestiniens.

Malgré tout, le peuple palestinien veut rester sur sa terre, cette 5e guerre est la pire, mais ils reconstruiront leurs villes et l’occupation prendra fin forcément un jour, comme partout cela s’est passé dans le monde.

Notre rôle en France est de continuer à manifester pour faire pression et arrêter ce massacre qui a lieu sous nos yeux. Un premier résultat de ces pressions qui peuvent s’exercer aussi à travers le boycott : l’entreprise PUMA a été contrainte de mettre fin à son parrainage de l’équipe nationale de football d’Israël.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Coordination Nationale, infos de la semaine

Une histoire d’eau «enrichissante »

Certains affirment à l’envi que les précaires, les bénéficiaires du RSA, de la CMU ou des allocations familiales, les retraités, les chômeurs, les patients, tous potentiellement fraudeurs, sont à l’origine des déséquilibres de nos finances publiques.

La psychiatrique en souffrance et en colère manifeste le 20 mai à Tours.

Le collectif psychiatrie était à nouveau mobilisé ce jeudi 20 mai à Tours.

Ce collectif rassemble les organisations syndicales CGT, FO, SUD santés sociaux ainsi que des professionnels de Tours, Amboise Châteaurenault, Loches et Chinon pour les établissements publics ainsi que ceux de la clinique Ronsard, en grève déjà depuis plusieurs semaines pour obtenir du personnel en remplacement des absences.

Une Assemblée Générale qui avait lieu le matin s'est poursuivie par une manifestation colorée et festive pour rappeler les revendications de la psychiatrie. Il manque une soixantaine de postes dans le secteur public et si une quinzaine ont été promis, notamment pour l'extra hospitalier, on est encore loin du compte. Des lits ont été fermés par manque de personnel. Pour les patients, il est très difficile d'avoir rapidement des consultations, et une fois le rendez-vous obtenu, de pouvoir avoir un suivi dans des délais décents et efficaces pour des soins psychiques. Les besoins augmentent mais les moyens sont en berne!

Le collectif santé avait une banderole: "Pour une psychiatrie humaine, + de personnel, + de moyens."

Journée de mobilisation nationale et internationale pour défendre l’égalité d’accès à des soins de qualité

Le samedi 29 mai est une journée de mobilisation nationale et internationale pour défendre l’égalité d’accès à des soins de qualité à l’appel de nombreuses organisations.

À Tours, rendez-vous à 15h place Jean-Jaurès

Les politiques d’austérité pour la santé conduisent depuis des années à une dégradation de l’accès et de la qualité des soins, à des pertes de chance pour toutes et tous et à une dégradation des conditions de travail, en France et en Europe. La pandémie a révélé de manière brutale les conséquences de ces politiques de restrictions budgétaires et notamment son coût humain.

Le financement des systèmes de santé n’est plus à la hauteur des besoins de santé de la population. Considéré comme non rentable, la santé est devenu une variable d’ajustement.

Au contraire, il est temps de changer de paradigme et les systèmes de soins de santé sont un bien commun qu’il faut préserver coûte que coûte !

Nous nous mobiliserons donc toutes et tous ensemble en Europe, pour une nouvelle politique de Santé Publique engagée socialement :

- Pour des moyens à la hauteur des besoins de santé

- Pour un accès universel aux soins et aux médicaments

- Pour une vraie revalorisation des métiers de la santé qui permettre un choc d’attractivité

De plus, une nouvelle mobilisation des salarié-es de la santé, du social et du médicosocial est en préparation pour le 15 juin. Il reste toujours des exclu.e.s des revalorisations de salaire annoncées par le gouvernement qui revendiquent l’égalité de traitement : 183 euros pour tou.te.s, tout de suite.

Toutes ces luttes sont légitimes et essentielles.

Le 15 juin, c’est l’occasion de les rendre visibles et de les additionner afin d’augmenter le rapport de force et de peser sur le gouvernement et les tutelles.

  • POUR DES MOYENS EN EFFECTIFS ET DES FINANCEMENTS A LA HAUTEUR DES BESOINS DE LA POPULATION,
  • POUR LES 183 EUROS POUR TOUTES ET TOUS ET LA REVALORISATION DES GRILLES SALARIALES POUR TOUTES ET TOUS SANS BARRAGE,
  • POUR LE MAINTIEN ET AMÉLIORATION DES CONVENTIONS COLLECTIVES,
  • NON A LA MARCHANDISATION DE LA SANTE, DU SOCIAL ET DU MEDICOSOCIAL.

En espérant votre venue, car c’est nous tou.te.s professionnel.le.s et usager.e.s qui sommes concerné.e.s.