Débat du 13 décembre avec le Dr HIJII, pédiatre palestinien

Une centaine de personnes étaient présentes pour assister à la soirée débat sur la Palestine à la faculté des Tanneurs de Tours.

Des informations ont ensuite été données sur la guerre actuelle qui dure depuis déjà plus de 2 mois. Le nombre de morts est estimé entre 20 à 30 000 et la situation sanitaire est terrible : pas d’eau, pas de médicament (notamment anesthésiants), le manque de nourriture devient aussi inquiétant et des gens pourraient mourir de faim. MSF compare la situation actuelle des hôpitaux à celle qui régnait durant la Première Guerre mondiale !

Le Dr HIJII est un pédiatre retraité, il est responsable au sein de l’association PALMED, qui rassemble des médecins palestiniens vivant en Europe. Cette association assure la formation de médecins palestiniens et l’envoi de médicaments. Il a raconté son histoire, car il s’est retrouvé à Gaza où il n’avait pas été depuis 10 ans, juste avant le début des bombardements. Il a expliqué que 300 cadres de santé, médecins et infirmiers sont déjà morts. Le directeur de l’hôpital Al-Shifa est arrêté ainsi que celui de l’hôpital Gamal Idouane au nord de Gaza. Il a relaté les conditions de travail terribles dans lesquelles se retrouvent les soignants : des lits sont installés sur les parkings de l’hôpital, beaucoup d’amputations doivent être faites, surtout pour les enfants, à cause des problèmes d’infection et du risque de gangrène, car il n’y a pas d’antibiotique. Les coupures de courant sont régulières, ils n’ont que 1h à 4h de courant par jour. Il n’y a évidemment rien non plus pour prendre en charge les patients atteints de pathologie chroniques, les personnes âgées. Les blessures sont principalement des brûlures très graves qui ne peuvent soulager faute d’anti-douleur. Les cadavres sont mis dans les frigos en attendant d’être enterrés en fosse commune. Avec l’hiver qui arrive, les conditions vont se durcir encore plus. L’hôpital Al-Awda au nord de Gaza est assiégé par des tanks et les soldats israéliens tirent quand quelqu’un en sort. 250 médecins sont à l’intérieur avec les blessés et les familles, il reste 3j de réserves de nourriture, 2j de réserve en eau, 4J de réserves en carburant. Il y a 2 femmes enceintes et 38 nourrissons. L’ONU reste silencieuse. Que vont-ils devenir ?

Le navire-hôpital français, dont Macron avait fait la propagande, est resté seulement 2 jours près de Gaza, il est ensuite parti au Liban.

La guerre est aussi celle de l’eau : les usines de traitement d’eau de mer ont été détruites par Israël, privant ainsi la population d’eau potable. À tout cela il faut rajouter le blocus que subit Gaza depuis 16 ans.

C’est plus de 1 million 900.000 personnes qui sont réfugiées dans le sud de Gaza ; les camps de réfugiés sont bombardés également en Cisjordanie. Israël mène une guerre totale et génocidaire contre les Palestiniens.

Malgré tout, le peuple palestinien veut rester sur sa terre, cette 5e guerre est la pire, mais ils reconstruiront leurs villes et l’occupation prendra fin forcément un jour, comme partout cela s’est passé dans le monde.

Notre rôle en France est de continuer à manifester pour faire pression et arrêter ce massacre qui a lieu sous nos yeux. Un premier résultat de ces pressions qui peuvent s’exercer aussi à travers le boycott : l’entreprise PUMA a été contrainte de mettre fin à son parrainage de l’équipe nationale de football d’Israël.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Soirée débat : Quel avenir pour l’hôpital ?

NewImage Le 20 décembre, le Collectif 37 notre Santé en Danger présenté son film « Clocheville à vendre ? », dans le cadre d’une soirée débat, « Quel avenir pour l’hôpital ? », organisée au cinéma les « Studio » de Tours.

140 personnes s'étaient déplacées, un succès pour une période très proche des fêtes.

NewImageLe débat était animé par la présidente du collectif Notre Santé en Danger et une infirmière de SUD du CHU dont il faut souligner le courage vu les menaces de la direction du CHU à l’encontre des salariés et syndicats pour qu’ils ne s’expriment pas publiquement sur les dangers concernant les plans de restructuration de l’hôpital.