Articles

Affichage des articles du mars, 2018

COMMUNIQUE DE L’USP du 25 mars 2018

Image
L’Union Syndicale de la Psychiatrie s’inquiète vivement du projet de loi sur l’immigration en cours d’élaboration.
Ce projet vise manifestement à durcir la politique migratoire.
L’exécrable circulaire Collomb qui vise à traquer les migrants jusque dans les centres d’hébergement, sous couvert de les aider à s’orienter, éclaire d’un jour cru les aspects inhumains de ce projet de loi.
La grève récente des personnels de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) pointe la crise de notre pratique de l’asile.
L’USP
– exige le retrait de ce projet de loi,
– appelle une autre politique migratoire, humaine et accueillante, digne de la devise de notre pays : liberté, égalité, fraternité,
– Soutient toutes les actions qui vont dans ce sens.

Contacts:

Claire Gekiere
Pascal Boissel
Union Syndicale de la Psychiatrie
52 rue Gallieni, 92240 Malakoff
Tél : 01 46 57 85 85 - Fax : 01 46 57 08 60
uspsy@free.fr
www.uspsy.fr

Participons massivement à la manifestation du jeudi 22 mars à Tours, pour la défense de nos services publics

Image
Le 15 mars 2018 nous avons appelé à rejoindre les salarié-es des EHPAD et de l’aide à domicile. Nous partageons leurs préoccupations et soutenons leurs revendications :plus de moyens pour du personnel bien traité, qualifié, correctement rémunéré et en nombre suffisant pour qu’il puisse prendre en charge humainement et dignement les résident-es.

Nous sommes également solidaires des salarié-es des hôpitaux qui subissent la même politique de restrictions et de restructurations qui aboutissent à des centaines de suppressions de postes et de lits, comme au CHU de Tours. En plus de rendre les conditions de travail de plus en plus insupportables pour les hospitalier-ères, cette dégradation du service public est dramatique pour les usager-ères qui voient l’offre publique de soins se restreindre a au profit des cliniques privées lucratives qui pratiquent des dépassements d’honoraires totalement injustifiés.

C’est pourquoi nous organisons le 15 avril un concert pour la défense de l’hôpital pub…

Avec les personnels des EHPADs et des services de maintien à domicile le 15 mars 2018 !

Image
En 2003, la canicule faisait éclater au grand jour la grande misère de la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie dans notre pays, les carences en personnel dans les maisons de retraite, l’insuffisance de formation et de qualification des professionnels, le manque de moyens et les conséquences désastreuses en terme humain : des centaines de personnes âgées sur des brancards aux urgences, l’impossibilité pour notre système de santé de faire face à cette crise sanitaire et au bout 15 000 morts.
Aujourd’hui, 15 ans après, les personnels des EHPADs se mobilisent depuis des mois et dénoncent avec force leurs conditions de travail et l’impossibilité qui en résulte de prendre soin des personnes âgées accueillies dans les établissements.
Toilettes à la chaîne, repas expédiés, manque de temps pour tout et surtout pour l’essentiel, la relation et l’écoute. Voilà leur lot quotidien.
Les personnels sont épuisés, les accidents et les arrêts de travail explosent. Il faut courir en…

Rejoignons les salariés des EHPAD et Soins à Domicile dans la rue le 15 mars 2018

Image
Suite au succès de la journée d’action du 30 janvier, les organisations syndicales appellent à élargir et amplifier la mobilisation.

Une manifestation unitaire est organisée à Tours le 15 mars.
Les employés des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et de Soins à domicile, soutenus par leurs syndicats, manifesteront leur ras-le-bol pour la deuxième fois de l’année : des sous-effectifs chroniques épuisent les soignants. Quant aux personnes résidentes, elles peuvent mourir en silence d’un manque de vigilance médicale et de présence humaine.
Partout en France, des grèves ont mis en lumière les conséquences de la précarité des personnels et du manque d’effectifs : repas donnés à la hâte, toilettes rapides, manque d’activités, qui transforment les EHPAD en mouroirs. Cette « maltraitance institutionnelle », les personnels ne la supportent plus alors que, dans le même temps, l’exploitation de « l’or gris » est devenue un business très rentable pour les fonds …