Stop à la dégradation des conditions de travail, des prises en charge et de l’accès aux soins !

Le 16 novembre était une journée nationale de mobilisation dans la Santé, au moment où le Projet de Loi de Finance de la Sécurité Sociale, qui prévoit encore 3,5 mds d’économie, va passer avec un nouveau 49-3. A l’appel de l’intersyndicale hospitalière 37 et de notre Collectif, une centaine de personnes se sont retrouvé dans la cour de l’hôpital pédiatrique Clocheville qui est mobilisé depuis le 2 octobre dernier pour protester contre la dégradation des conditions de travail et d’accueil des enfants malades. Ils et elles sont maintenant rejoints par la chirurgie digestive de Trousseau et la cardiologie va suivre. Le cortège s’est ensuite rendu place J. Jaurès devant la mairie où notre Collectif a pris la parole, (ci-dessous), puis jusqu’à l’ARS où une délégation a été reçue. Avant cela, au passage devant le centre des congrès, les manifestant.es ont reçu le soutien de Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT, qui était présente à Tours dans le cadre du congrès des cheminots CGT.

Intervention du Collectif Santé

Face à la situation dramatique de la santé et aux difficultés toujours croissantes d’accès aux soins, le gouvernement persiste et continue avec son article 49.3 à imposer sa vision marchande de la santé, au profit des grands groupes privés Elsan, Vivalto, Ramsay et d’autres… 

Le Projet de Loi de Finance de la Sécurité Sociale 2024 va donc infliger encore 3,5 milliards d’économies à la santé, ce qui signifie des conditions de soins encore plus dégradées, et de nouveaux départs de soignants, usés et écœurés, et sans doute des morts qui auraient pu être évitées. Une pétition sera remise aujourd’hui suite au Tour de France pour la santé qui s’est déroulé dans plus de 70 villes (dont Tours), depuis le 11 septembre.

Le Collectif NSED soutient les revendications légitimes de ceux qui se battent pour pouvoir continuer à soigner sereinement et dignement les patients qu’ils accueillent.

Mais si l’accès aux soins se complique déjà pour l’ensemble de la population, il est bien sûr encore plus compliqué pour les précaires et pour les migrants. C’est cette population que le Sénat vient une nouvelle fois de stigmatiser en votant la suppression de l’Aide Médicale d’Etat qui permet aujourd’hui aux étrangers sans papiers d’avoir, sous conditions, une couverture santé minimale leur permettant de se soigner. Il s’agirait de la remplacer par une aide médicale d’urgence uniquement.

C’est évidemment un texte qui bafoue toute humanité et toute déontologie : quel soignant.e acceptera de renvoyer un patient sous prétexte qu’il n’est pas suffisamment malade ? D’ailleurs à partir de quand considère-t-on qu’il y a urgence ? A quel stade d’un cancer ? D’une maladie cardio-vasculaire ? A quel stade de douleur pour la carie d’un enfant ou un stress post-traumatique ? Jusqu’où laisser un malade se dégrader avant de lui prodiguer des soins ? 

3000 soignants et soignantes ont déjà répondu publiquement dans le Monde, qu’ils désobéiraient si ce texte devait s’appliquer. Je les cite : « Au-delà de sa raison d’être humaniste, l’AME est aussi un outil essentiel à la santé des individus et à la santé publique. Leur santé, c’est aussi la nôtre. Les restrictions politiques ne feront qu’éprouver les corps, contribuer à la dégradation de la santé publique, compliquer la tâche des soignants et fragiliser un système de santé déjà exsangue. »

Même si finalement ce texte honteux venait à ne pas figurer dans la non moins honteuse Loi immigration, il contribue à répandre l’idée qu’on ne pourrait plus soigner tout le monde, qu’il faudrait choisir, trier, exclure : les vieux, les fous, les sans-papiers, les pauvres,… et finalement, qui aura encore accès aux soins ?

Nous réaffirmons nous, qu’il y a en France, 7ème puissance mondiale, les moyens de soigner tout le monde et qu’il faut faire d’autres choix : les milliards qui vont au budget de l’armée pour alimenter les guerres et dont on voit les ravages aujourd’hui, et les cadeaux aux entreprises doivent cesser, c’est l’affaire de tous et toutes usagers et soignants : on ne lâchera rien !

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Soirée débat : Quel avenir pour l’hôpital ?

NewImage Le 20 décembre, le Collectif 37 notre Santé en Danger présenté son film « Clocheville à vendre ? », dans le cadre d’une soirée débat, « Quel avenir pour l’hôpital ? », organisée au cinéma les « Studio » de Tours.

140 personnes s'étaient déplacées, un succès pour une période très proche des fêtes.

NewImageLe débat était animé par la présidente du collectif Notre Santé en Danger et une infirmière de SUD du CHU dont il faut souligner le courage vu les menaces de la direction du CHU à l’encontre des salariés et syndicats pour qu’ils ne s’expriment pas publiquement sur les dangers concernant les plans de restructuration de l’hôpital.