Psychiatrie A en grève au CHU de Tours

En parallèle avec la drastique diminution de lits prévue pour le Nouvel Hopital Psychiatrique dans le cadre des restructurations du CHU de Tours, de non moins drastiques diminutions de lits se mettent en place par vagues pour des raisons de manque de personnel médical ou paramédical.
Les fermetures de services se succèdent et risquent de devenir pérennes.
En psychiatrie D le service de 18 lits qui a été fermé en fin d'année dernière n'est toujours pas réouvert. Pour cet été le manque de 10 postes d'infirmier.es de nuit sert d'argument à fermer une unité complète de 22 lits en psychiatrie A. Le personnel s'est mis en grève et n'accepte pas les conséquences sur les patients aussi bien que sur le personnel.

Lettre ouverte des équipes soignantes grévistes de psychiatrie A

À Tours, le 8 juillet 2022

Madame, Monsieur

La direction du CHU de Tours, aidée par l'équipe d'encadrement des services de psychiatrie A, prétextant une fois de plus le manque de postulants aux postes d'infirmiers de nuit, a acté la semaine dernière le regroupement de nos 2 unités Garance et Véronèse, réduisant ainsi notre capacité d'accueil à 22 lits.

Lors de réunions avec l'encadrement, psychiatres et membres de la direction, nous avons insisté sur le fait que ces décisions avaient été prises sans concertation avec les équipes paramédicales.

En effet, certains infirmiers de jour étaient prêts à passer de nuit pour quelques semaines si cela pouvait éviter la fermeture de lits. De la même façon, les équipes de nuit n'ont pas été consultées, ce qui aurait pourtant permis de palier à certains manques.

C'est un travail de sape de toutes les unités de psychiatrie qui est en route, chaque secteur fermant des lits au fur et à mesure des mois qui s'écoulent.

A chaque fois il est question de fermetures temporaires, à chaque fois des soignants y croient et s'épuisent. Mais ces lits ne rouvrent pas, laissant sur le carreau des patients en souffrance.

Les équipes d'extra-hospitalier sont à bout de force physique et morale. A ce propos on nous rétorque de faire la part des choses, de ne pas "ramener le mal être professionnel à la maison"... Tentez-donc de laisser un patient suicidaire seul chez lui après votre visite à son domicile, et de vous en laver les mains. Les DRH savent peut-être faire, pas nous.

Le mode d'emploi de la direction et de l'encadrement est toujours le même et ça n'est pas une surprise. Aucune réunion d'information digne de ce nom n'a été proposée. Prendre les équipes par surprise pour empêcher que s’organise la possibilité de proposition alternative.

Nous n'avons été informés des changements à venir qu'au compte-goutte et partiellement, une fois par un cadre, une fois par un autre, parfois même par un cadre d'un autre secteur.

Aujourd'hui encore, les collègues infirmiers, aides-soignants et agents hospitaliers du service Outremer de psychiatrie A n'ont pas d'information sur la venue de 4 nouveaux patients dans leur unité. Ce service comptant 7 patients atteints de troubles autistiques, on imagine pourtant bien l'importance du bouleversement que cela va engendrer.

Que nous répond-on devant tant d'incohérences ?

Que tout ceci est fait pour le bien des patients, que la solution choisie est la moins pire et qu'il s'agit de défendre le service public... de qui se moque-t-on ?

Nous avons bien peur que ce soit des patients et de nous. Et c'est pour cette raison qu'une majorité du personnel de la psychiatrie A est en grève ce jour.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Soirée débat : Quel avenir pour l’hôpital ?

NewImage Le 20 décembre, le Collectif 37 notre Santé en Danger présenté son film « Clocheville à vendre ? », dans le cadre d’une soirée débat, « Quel avenir pour l’hôpital ? », organisée au cinéma les « Studio » de Tours.

140 personnes s'étaient déplacées, un succès pour une période très proche des fêtes.

NewImageLe débat était animé par la présidente du collectif Notre Santé en Danger et une infirmière de SUD du CHU dont il faut souligner le courage vu les menaces de la direction du CHU à l’encontre des salariés et syndicats pour qu’ils ne s’expriment pas publiquement sur les dangers concernant les plans de restructuration de l’hôpital.