La médecine du travail en danger, un enjeu collectif

La médecine du travail en danger, un enjeu collectif


Les nouvelles organisations du travail rendent malades de plus en plus de travailleurs.

Pourtant le droit d'alerte et de retrait des salariés est remis en cause par l'affaiblissement des prérogatives du CHSCT prévu par les dernières ordonnances sur le Code du Travail.

Presque à chaque fois on trouve à l’origine de la souffrance des salariés, une organisation provoquant la perte de sens du métier et le non-respect de ses valeurs; puis la négation des compétences, donc des individus, auxquels s’ajoute de plus en plus souvent la recherche effrénée de la productivité.

Les cadences sont de plus en plus élevées et les tâches désormais standardisées, normées, s’exécutent au mépris du corps et des esprits. Les psychopathologies du travail et les suicides se développent.

Le défaut d’obligation de sécurité de résultat des employeurs est en cause.

Les médecins ont une obligation de prévention médicale, de soins adaptés, de certificats pour ouvrir des droits médicaux sociaux. Pourtant, aujourd’hui, une coalition d’intérêts réactionnaires entre le patronat et l’ordre des médecins y fait obstacle via des plaintes d’employeurs devant l’ordre des médecins.

Elles sèment la peur auprès des médecins et font obstacle à leur devoir déontologique d'attester du lien santé-travail.

À la demande des entreprises mises en cause, le conseil de l’Ordre intimide les médecins du travail.
Sur cette base, à la demande d’employeurs, il multiplie intimidations et poursuites disciplinaires à l’encontre de praticiens spécialistes des risques psycho-sociaux, médecins du travail et psychiatres, pour avoir certifié à certains de leurs patients ce lien de causalité entre leurs conditions de travail et un trouble psychique.

Cela a été le cas, par exemple, pour:
Dans un prochain article, nous reviendrons sur le cas du docteur Huez

En attendant, voici quelques liens sur le sujet:

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés (Marie Pezé).

Pour une médecine du travail au service exclusif de la santé des travailleurs !

Médecine du travail : le Dr Huez condamné financièrement pour « résistance abusive »

La médecine du travail en danger

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Grève au CH de Luynes (37) le 5 décembre 23

Àprès 2 semaines de grève, les personnels du CH de Luynes faisaient un rassemblement ce 5 décembre à l’appel de FO et SUD devant l’établissement pour appuyer les négociations pour une amélioration des conditions de travail.

Depuis l’après covid les dégradations de condition de travail et de soins avec les absences non remplacées sont devenus au-delà de l’acceptabilité. A ce jour il y a 13,5 % d’absentéisme.

Le 22 novembre le personnel s’est mis en grève. 

Cet hôpital de 320 lits et 350 agent.es pour un service de SMR de 70 lits, un service de soins palliatifs de 10 lits et du médico social avec un EHPAD de 310 lits et un service de soins à domicile.

Une réunion de négociation devait avoir lieu le 6 décembre.

Les revendications concernent la dégradation des soins et des conditions de travail, le manque de matériel, la demande de fauteuils conformes, la demande de formation pour distribution des médicaments par les AS ( normalement une infirmière doit être présente), le refus du management autoritaire, le droit syndical...

La direction a commencé à reprocher aux grévistes de faire une entrave au service public par son rassemblement et de prendre en otage le personnel et les usagers ! Puis, devant les griefs exposés par les collègues elle a finalement proposé des réorganisations en disant que tout le monde était dans le même bateau et subissait la restriction des budgets, 2 millions pour le CH de Luynes. Ce à quoi le personnel a répondu qu’il ne tenait qu’à eux de soutenir les revendications du personnel auprès des instances de tutelle.

Le directeur a ensuite proposé des heures supplémentaires gérées par logiciel Hublo pour pallier aux absences ; ce système, déjà connu au CHRU de Tours, génère encore plus d’absences par épuisement.Une manifestante a répondu que quand elles reviennent sur leurs repos elles aimeraient pouvoir récupérer en repos et non se voir dire au 31 décembre que ce sera versé au CET Compte Épargne Temps ! Ce qu’il faut ce sont de vraies embauches pérennes donc mettre les moyens pour fidéliser le personnel.

Au total un rassemblement qui a permis au personnel en grève de s’exprimer, de montrer sa force de recevoir le soutien de familles qui passaient voir des résidents. Une étape importante dans la lutte pour la reconnaissance de ses revendications. Des chansons composées par le personnel ont ajouté une note d’enthousiasme dans cette lutte. Malgré tout, une aide-soignante qui travaille depuis plus de 30 ans dit que le sourire des résident.es est la meilleure des récompense et ne lui ferait pas lâcher le travail, ce qui n’empêche qu’elle se bat pour de meilleures conditions de travail et de lutte même s’il faut aussi résister à la culpabilisation des grévistes.

Le collectif 37 Notre santé en Danger appelle à élargir le soutien aux grévistes en faisant connaître leur lutte et en manifestant leur solidarité dès que c’est possible.

interview d’1 ASH et 1 AS du SMR Soins Médicaux et Réadaptation

Depuis 1 an, nous avons des cas de plus en plus lourds sans personnel supplémentaire et sans matériel adapté.

Pour le planning, nous ne sommes pas prévenues des changements ; les temps partiels, 80 et 60 % ne sont pas respectés. Le SMR comprend 50 lits au rez de chaussée et 21 lits au 1er étage, secteur 3. Nous sommes 6 pour le rez-de chaussée . Avant les patients relevaient surtout de la suite d’orthopédie ; maintenant ils présentent des multi-pathologie, soins palliatifs, maladie d’Alzheimer, cas psychiatriques …

Il faudrait pour ce service 1 AS en plus le matin et 1 l’après-midi

interview d’une AS en EHPAD

60 résidents dont certain.es présentant la maladie d’Alzheimer beaucoup de grabataires ou jà stimuler

Il y a 8 agents le matin + 2 postes hôteliers et 2 IDE en théorie ; En réalité depuis l’après covid il manque 1 IDE et les 2 postes hôteliers . Les AS servent les petits déjeuners + aide aux médicaments.

L’AM 4 AS + 2 postes d’entretien et 1 IDE Maintenant il y a un poste d’entretien en moins qui aidait au goûter à la vaisselle…

Un nouveau poste K4 a été mis qui ne fait que du ménage à la suite de plainte de familles qui voyaient des moutons dans les chambres, sachant que le personnel en procédure dégradée privilégie les soins aux patient.es. Les chambres sont plus propres mais il y a moins de personnels pour les soins donc le problème n’est pas réglé. Parfois il n’y a pas d’IDE l’après-midi.

La nuit elles ne se retrouvent souvent que 4 pour faire le travail.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Coordination Nationale, infos de la semaine

D’abord un coup de massue, l’adoption à l’Assemblée sans vote, grâce au fameux 49.3, de la loi de financement de la Sécurité Sociale : restrictions des réponses aux besoins de soins garanties. Mais c’est une victoire à la Pyrrhus du gouvernement car de très nombreuses forces se sont prononcées contre le contenu de cette loi, certaines pour la première fois ( France Asso Santé, de nombreuses collectivités territoriales, la Fédération Hospitalière de France, la Caisse nationale d’ Assurance Maladie et même la commission des affaires sociales de l’ Assemblée !).

Tour de France pour la Santé à Chinon le 2 novembre 2023

Ce jeudi 2 novembre, le collectif « Sauvons l’hôpital de Chinon » soutenu par l’intersyndicale hospitalière, a pris part au Tour de France pour la Santé avec un barnum installé sur le marché le matin.

La pétition sur le PLFSS y a été signée par plus de 80 personnes.

L’après-midi, ce collectif avait organisé une déambulation dans les rues piétonnes et commerçantes de la vieille ville jusqu’à la mairie, où des professionnelles ont pris la parole : une infirmière de médecine a parlé de « l’enfer » vécu avec le manque de personnel, une autre de la dégradation de la prise en charge en psychiatrie, et 2 familles de résident.es à l’EHPAD ont témoigné en souhaitant aux personnes présentes « de ne pas vieillir trop longtemps, pour ne pas avoir à vivre ça… ». Elles ont expliqué que pour limiter le travail, des repas étaient maintenant servis dans des assiettes en cartons !

Le collectif 37 Notre Santé en Danger est venu apporter son soutien.

À la fin de cette manifestation, le représentant syndical FO a appelé les participants à continuer la mobilisation en se joignant à la prochaine action qui s’organise à Tours le 16 novembre. ce collectif 37 Notre Santé en Dange