La psychiatrie à nouveau menacée au CHRU de Tours

Déjà la situation est difficile avec l’épidémie et la pénurie de professionnels en particulier de psychiatres, de nombreux lits sont fermés dans les différents services.

Mais à cela s’ajoutent les plans de restructuration qui visent au regroupement de toutes les psychiatrie.

«   Die In  » organisé lors de la manifestation du 1e février 2022

Déjà la situation est difficile avec l’épidémie et la pénurie de professionnels en particulier de psychiatres, de nombreux lits sont fermés dans les différents services.

Mais à cela s’ajoutent les plans de restructuration qui visent au regroupement de toutes les psychiatrie.

Des ateliers de travail avaient planché sur le projet faisant participer des psychiatres qui avaient accepté une réduction de 24 lits adultes. Pour l’ARS 180 lits adultes de secteur c’était encore trop. Prétextant une augmentation des coûts de 2 millions d’€ sur 43, ils ont imposé de ne garder que 120 lits de secteur adulte provoquant la colère des professionnels qui ont convoqué une conférence de presse le mardi 22 février à laquelle a assisté le collectif santé.

Les arguments de la direction c’est de dire que les moyens seront transférés l’ambulatoire en compensation, mais, outre le fait qu’il faut plus de moyens pour s’occuper des patients à l’extérieur, il faudra tout de même encore des lits pour les patients en crise. Il est parfois difficile de maintenir chez lui un patient suicidaire ou avec des bouffées délirantes aiguës. S’il n’y a pas de place, ils risquent de se retrouver aux urgences attachés sur un brancard en attendant une place. Est-ce comme cela que l’on veut que soient pris en charge les malade psychiques?

Ce regroupement remet en cause la politique de secteurs en supprimant un secteur, au lieu de 4 psychiatries (sans compter le secteur de Loches qui a 6 lits en Psychiatrie B) comme actuellement, elles passeraient à 3 : Nord de la Loire, sud du Cher et entre la Loire et le Cher. Ce qui risque de se produire c’est le transfert de patients vers le privé sachant que celui-ci ne peut pas prendre les patients en obligation de soins. Les grèves récentes à la clinique de Ronsard rachetée par Ramsay santé qui dénonçaient le manque de moyens et la mise en danger des patients par manque d’encadrement, devraient faire réfléchir. Comme pour les EHPAD, on ne peut pas laisser la psychiatrie enrichir les actionnaires sur le dos des personnes en souffrance psychique.

Les professionnels et syndicats présents demandaient des documents officiels sur les plans prévus et une réelle concertation dans un premier temps. Ils n’acceptent pas de voir réduire l’accueil en psychiatrie publique sachant qu’avec les nouvelles constructions il ne sera pas possible de revenir en arrière. Ils ne veulent pas voir les patients dans les couloirs ou les bureaux comme la situation dénoncée au Rouvray ou à Lilles il y a quelques années. La surface prévue pour l’ensemble des psychiatries sera inférieure à celle des psy A et B actuelles. Ils s’inquiètent donc de l’espace qui sera réservé aux personnes hospitalisées.

Pour le collectif 37 Notre santé en Danger il faut mettre les moyens en intra et en extra en garantissant la politique de secteur dans l’hôpital public pour une prise en charge humaine des patients.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Soirée débat : Quel avenir pour l’hôpital ?

NewImage Le 20 décembre, le Collectif 37 notre Santé en Danger présenté son film « Clocheville à vendre ? », dans le cadre d’une soirée débat, « Quel avenir pour l’hôpital ? », organisée au cinéma les « Studio » de Tours.

140 personnes s'étaient déplacées, un succès pour une période très proche des fêtes.

NewImageLe débat était animé par la présidente du collectif Notre Santé en Danger et une infirmière de SUD du CHU dont il faut souligner le courage vu les menaces de la direction du CHU à l’encontre des salariés et syndicats pour qu’ils ne s’expriment pas publiquement sur les dangers concernant les plans de restructuration de l’hôpital.