15 juin: la santé et le médicosocial et le social toujours dans la rue et en colère

Ils étaient 200 à continuer à demander l'égalité et la reconnaissance salariale;

les 183 € donnés aux uns.es et pas aux autres entretiennent toujours l'injustice en particulier dans le médicosocial et le social. Des secteurs comme les techniciens de labo sont montés au créneau pour exiger reconnaissance et revalorisation, mais aussi les étudiant.es orthophonistes qui ne veulent pas d'une formation au rabais en la mutualisant avec d'autres; les personnels d'orthopédie de nuit rappelaient leur grève en cours pour exiger plus de personnel.

Voici l'intervention du collectif santé faite devant la préfecture pendant que les représentants syndicaux étaient reçus à la préfecture :

Intervention du Collectif santé le 15 juin 2021
devant la préfecture de Tours

Après plus d’une année d’une pandémie, le monde d’après continue comme avant ! les politiques capitalistes et financières de marchandisation de la santé et du social reprennent de plus belle : on ne change pas une politique qui tue et ce n’est pas qu’une formule, puisque la population a encore pu voir très récemment avec la panne gigantesque de tous les numéros d’urgence, ce que peut donner l’addition de la désertification médicale + la fermeture des hôpitaux de proximité + la privatisation d’un grand service public comme Orange = 5 morts dont un enfant de 2 ans ! Malgré cela, une nouvelle réforme est en cours pour mutualiser et rationaliser les coûts, avec la menace de disparition du SAMU.

La difficile maîtrise de la crise sanitaire ne s’est faite qu’au prix du report massif des soins dits « non urgents », avec des conséquences qu’on ne mesure sans doute pas encore sur les retards des dépistages de cancer par exemple. Tous ces soins et ces opérations reportés sont maintenant rappelées, non sans créer des embouteillages puisqu’on a continué de supprimer des postes et des lits pour favoriser l’ambulatoire à tout va, et le maintien à domicile : mais encore faudrait-il qu’il y ait du personnel pour prendre en charge notamment les personnes âgées ; les conditions de travail et surtout les bas salaires ont abouti à des problèmes de recrutements tels qu’on peut se demander ce qui va rester de ces services, avant un été qui s’annonce caniculaire ; il y manque parfois jusqu’à 50% des effectifs !

A Amboise la périnatalité conservée de justesse il y a quelques années après une lutte des personnels et des usagères, est maintenant fermée, et laisse la place à des suivis au domicile, qui n’a pas la même efficacité dans les cas difficiles.

Alors que la crise du covid a aussi impacté la santé mentale de beaucoup de monde, jeunes et moins jeunes, il est quasiment impossible de trouver un psychiatre ou un psychologue. Ces derniers se sont d’ailleurs mobilisés le 10 juin, pour protester contre la remise en cause du choix des méthodes thérapeutiques en échange d’une prise en charge à minima des consultations. En psychiatrie aussi les personnels se mobilisent pour que la prise en charge des malades ne se réduisent pas à la camisole chimique. Nous soutenons leur lutte qui est aussi la nôtre.

Alors plus que jamais et parce que rien n’a changé, mais que tout s’aggrave, nous continuons d’exiger des moyens pour la santé, le social à la hauteur des besoins de la population, avec des soignants bien rémunérés et traités pour des patients bien traités.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mobilisation contre la fermeture de 24 lits de psychiatrie au CHRU de Tours

L'intersyndicale SUD, CGT et FO du CHRU de Tours avait appelé à la grève les personnels de psychiatrie à compter du 11 juin, pour protester contre la fermeture de 26 lits jusqu'à la fin de l'année.

Les professionnel.les étaient monté.es sur le toit du bâtiment pour visibiliser leur mouvement.

Une quarantaine de personnes dont notre collectif se sont retrouvés devant le bâtiment de psychiatrie à Trousseau pour les soutenir. (voir le message envoyé par le collectif et lu par une syndicaliste).

D'autres initiatives sont à suivre.

Un clin d'oeil a ainsi été envoyé aux "perchés du Havre" qui avaient mené une lutte débutée le 16 juin 2018 à l'hopital Pierre Janet contre les conditions d'accueil très dégradées pour leurs patient.es par manque de place et de personnel. Le 3 juillet la direction avait annoncé la création de 28 postes. Leur lutte est devenue emblématique avec celle du Rouvray la même année.

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com