Émission de radio du 23 septembre sur la situation à l'hôpital avec Marie-Pierre Martin pour le Collectif 37 Notre Santé en Danger

Le Festi-lutte du 3 octobre étant reporté, les organisations participantes ont fait une émission de radio le 3 octobre de 12h à 14h sur radio béton 93.6.

Voici l'intervention que Marie Pierre Martin a faite à cette occasion, au nom du Collectif 37 Notre Santé en Danger

Les violences du système ont atteint des sommets dans la santé avec la crise sanitaire que nous venons de connaître. La gestion purement comptable menée par les gouvernements successifs ont amené les fermetures de lits, de services, d’hôpitaux et de maternités de proximité, et des suppressions de postes qui finalement ont obligé à ce confinement général qui aurait peut-être pu être évité si l’hôpital n’avait pas été laminé par ces politiques d’austérité. Pour rappel en 2019, 3400 lits ont encore été supprimés, il y en avait eu 4200 en 2018. Cette situation a considérablement aggravé les conditions d’accès aux soins, entrainant aussi des retards dans la prise en charge des autres pathologies, un reportage télé récent montrait cet impact qu’on commence juste à mesurer sur, par exemple, des femmes atteintes de cancer du sein qui auraient pu éviter d’avoir une ablation mais qui y sont contraintes parce que les tumeurs ont trop grossi.

La 2ème vague provoque de nouveau ce type de phénomène dans certaines régions où on ne peut déjà plus assurer le suivi de certaines pathologies.

Il y a eu beaucoup de mobilisations dans la santé depuis longtemps, qui ont aussi subit la répression et elles sont longtemps restées ignorées, puis avec la crise Covid, les soignants sont devenus des héros, et il y a eu le Ségur de la santé, qui n’a pas répondu aux attentes avec 183€ d’augmentation de salaires, qui même s’ils sont historiques, ne sont pas à la hauteur des demandes, 300€. Les contreparties sont très lourdes en terme de destruction de ce qui reste de l’hôpital public, avec la remise en cause des 35h, l’individualisation des temps de travail, les heures supplémentaires, les primes sur objectifs, l’intéressement et finalement la casse de l’unité de la fonction publique hospitalière, puisque chaque établissement pourra négocier des accords. On va aussi mélanger l’exercice libéral et hospitalier. Aujourd’hui on assiste à des départs massifs de soignants, qui quittent la profession et des difficultés de recrutement qui font dire que cette fois, l’hôpital va craquer. On voit qu’il n’y a rien à attendre des aménagements qu’on nous propose dans le cadre de ce système capitaliste, et qu’il y a une nécessité urgente à continuer à se battre ensemble, usagers et professionnels. Le 15 octobre il y aura une mobilisation nationale à Paris et en région, à Tours rassemblement à 15H place J Jaurès pour exiger des moyens pour se soigner.

Le Collectif Santé va aussi mener une campagne contre les dépassements d’honoraires, en 2019 30% des français ont renoncé aux soins et dans le même temps on nous annonce un déficit record de la sécurité sociale, dont Anne va nous parler.

Nous vous invitons également à écouter l'intervention de Mari-Pierre dans l'émission du mercredi 23 septembre sur la situation dans la santé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le 16 mai rassemblement pour les EHPAD à Tours

Une 60ne de personnels et usager.es se sont rassemblés le 16 mai devant l’ARS départemental de Tours à l’appel des organisations syndicales, FO , CFE CGC acteurs santé, SUD santé sociaux et le collectif 37 Notre Santé en Danger.

Un rendez-vous avait lieu avec la directrice départementale de l’ARS et son adjointe pour exiger des conditions de travail décentes et des prises.

Le collectif santé a demandé des précisions sur le budget alloué aux département sachant qu’il y a des annonces contradictoires : 10 milliards + 10 milliards d’économies prévues en 2024 sur les services publics, les hôpitaux, la sécu les collectivités locales et d’un autre 650 millions d’€ annoncés le 23 avril pour les EHPAD et la loi bien vieillir du 8 avril 2024 qui fait beaucoup de promesses.

 La loi bien vieillir notamment qui prétend lutter contre les maltraitances dédouane à bon compte le gouvernement en favorisant les signalements, alors qu’il faudrait d’abord mettre fin à la maltraitance institutionnelle qui oblige le personnel à courir pour s’occuper des résidents. Comment accueillir des animaux quand il y a déjà du manque de personnel?

Rien n'est dit sur le nombre de personnels par résident, la formation de ce personnel, l'encadrement des bénéfices des EHPAD privés ; comment éviter la maltraitance institutionnelle dans ces conditions?

Le prix des EHPAD est tel qu'une partie de la population ne peut même pas envisager d'y aller.

La directrice a répondu que c’était trop tôt ou trop tard mais qu’elle ne pouvait nous dire les moyens alloués aux départements.

 Par contre, elle met tous les dysfonctionnements sur le dos des directions d’établissements qui ne gèrent pas bien les moyens alloués.

Par ex à l’EHPAD de Loches où il n’y a plus d’infirmière de nuit, un partenariat a été fait avec une HAD qui couvre 35 établissements. Si un résident a besoin d’antalgique type morphinique qui ne peut être donné par une aide-soignante il doit attendre de longues heures pour être calmé le temps qu’une infirmière puisse être disponible ou bien le renvoyer aux urgences.

Quand on réduit les fonds des services publics, des collectivités locales comment permettre aux EHPAD de fonctionner correctement ?

Les personnels ont décrit leurs conditions de travail et la perte de sens qui leur fait pour une partie quitter ce travail.

Au total, plus d’une soixantaine de personnes des différentes EHPAD du département est venue pour exiger de meilleures conditions de travail et de soins avec l’intersyndicale. L’épuisement du personnel rend difficiles aussi les conditions de lutte, c’est pourquoi il est important d’élargir le soutien. A noter qu’aux côtés du collectif santé une délégation d’étudiant.es de la FSE est venue soutenir cette lutte.

Cette mobilisation est une étape pour aller plus loin en prévision de nouvelles initiatives

Collectif 37 Notre santé en danger
collectifsante37@gmail.com

Soirée débat : Quel avenir pour l’hôpital ?

NewImage Le 20 décembre, le Collectif 37 notre Santé en Danger présenté son film « Clocheville à vendre ? », dans le cadre d’une soirée débat, « Quel avenir pour l’hôpital ? », organisée au cinéma les « Studio » de Tours.

140 personnes s'étaient déplacées, un succès pour une période très proche des fêtes.

NewImageLe débat était animé par la présidente du collectif Notre Santé en Danger et une infirmière de SUD du CHU dont il faut souligner le courage vu les menaces de la direction du CHU à l’encontre des salariés et syndicats pour qu’ils ne s’expriment pas publiquement sur les dangers concernant les plans de restructuration de l’hôpital.